deutsch
français
englisch
espagnol

Généralités

Près de la moitié des mariages célébrés en Suisse sont des mariages binationaux !

Selon des informations fournies par l’Office fédéral de la statistique (OFS 2015), 43,1 % de tous les mariages célébrés en Suisse sont des mariages binationaux. 35,9 % sont des mariages entre des Suisses et des étrangers, 6, 7 % sont des mariages entre ressortissants de différentes nationalités.

Une Suissesse épouse un étranger : 16,2 %   (2010 16,1 %)

Un Suisse épouse une étrangère :     19,7 %   (2010 19,3 %)

Une étrangère épouse un étranger* :   7,2 %   (2010  6,7 %)

La statistique susmentionnée ne nous renseigne pas sur le nombre de mariages binationaux célébrés à l’étranger. En 2016, 31 % des autorisations de séjour délivrées concernaient un regroupement familial suite à un mariage avec un Suisse ou une Suissesse.

Au cours des 10 dernières années, le nombre de mariages binationaux célébrés en Suisse est resté plus ou moins stable (avec une légère tendance à la hausse). Les mariages binationaux entre étrangers ont connu, pour leur part, une augmentation (de 7.2 % actuellement contre 6.7en 2010).

Cela fait longtemps déjà que les mariages binationaux ne sont plus les projets de vie de quelques individus seulement, mais qu’ils sont bel et bien le fruit des évolutions économiques, politiques et sociétales.

Ces relations transnationales induisent un changement démographique silencieux de notre société. Ils contribuent de manière importante à l’intégration et remplissent également une mission - précieuse pour la société – au service d’un véritable multiculturalisme vécu.
Les mariages binationaux sont plus fréquents dans les grandes villes, où la population étrangère permanente est plus importante que dans les régions rurales ou en Suisse centrale.

Les mariages binationaux, en dépit de tous les clichés, ne se soldent pas plus souvent par un divorce que les unions mononationales.
Depuis 2000, le taux des divorces a plus que doublé à l’échelle de la Suisse.
Si l’on compare le nombre de divorces suisses (11 462) au nombre de mariages suisses (22 058) en 2010, on constate que le taux de divorce est de 52 %. (2000 25%)

Face à cela, le nombre de divorces concernant des couples binationaux (5 992) par rapport au nombre de mariages binationaux (14 908) fait apparaître pour cette même année de référence 2015 un taux de 40.1 % (contre 28 % en l’an 2000). On constate également que les couples où la Suissesse épouse un étranger sont deux fois plus touchés par le divorce que les couples où c’est l’époux qui est Suisse et l’épouse qui est étrangère.

En 2015, 45.6 % (contre 30 % en 2010) des enfants sont nés de parents possédant des nationalités différentes (40 % de couples Suisses-étrangers, 5,6 % de couples de ressortissants étrangers possédant des nationalités différentes). Les enfants de Suisses naturalisés ne sont pas recensés dans cette statistique. Le nombre d’enfants étrangers dont les parents ont la même nationalité diminue, pendant la même période, par rapport aux enfants binationaux (ils étaient encore 19 % en 2010 mais ne représentent plus que 16,4 % des naissances en 2015).

En 2016, 12,6 % des femmes suisses ont épousé des hommes originaires de l'espace UE (UE 27+UE 17), 13 % ont épousé des hommes ressortissants de pays tiers. 
Les femmes suisses, lorsqu’elles épousent un étranger, se marient le plus souvent avec un homme originaire d'Allemagne, d’Italie, de Kosovo, Serbie-Monténégro, de France, d’Afrique du Nord, et de Turquie.

 
11,1% des hommes suisses ont épousé, en 2016, des femmes originaires de l'espace UE (UE 27+UE 17), 17% ont épousé des femmes ressortissantes de pays tiers. 
Les hommes suisses, lorsqu’ils épousent une étrangère, se marient le plus souvent avec une femme originaire d’Allemagne, d'Italie, de France, de Kosovo, d’Amérique du Sud (surtout du Brésil), d’Asie du Sud-Est (surtout de Thaïlande), 

(Tous ces chiffres proviennent de statistiques actuelles publiées par l’OFS et sont fournis à titre indicatif uniquement)